French

Liste Verte des AP

Qu’est-ce que la Liste Verte des Aires Protégées ?

La Liste Verte (LV) des aires Protégées de l’UICN est une initiative qui encourage, mesure, reconnait et partage les succès des aires protégées qui atteignent les standards des bonnes pratiques de gestion et de gouvernance. Elle a été conçue pour guider les gouvernements et leur partenaires de conservation dans l’atteinte de leur engagements relatifs à la ratification de la Convention sur le Diversité Biologique et en particulier au regard de la cible 11 dédiée à la gestion efficace et équitable des aires protégées.

BEALes aires protégées candidates à la Liste Verte doivent démontrer qu’elles ont atteint leurs objectifs de conservation de la biodiversité sur la base d’une gestion efficace et d’une gouvernance équitable. En d’autres termes, elles doivent prouver qu’elles atteignent les standards internationaux de bonne gestion et de bonne gouvernance (Liste Verte), à la lumière de leurs contextes locaux, nationaux et régionaux. La Liste Verte permet de reconnaitre les succès de gestion et de gouvernance, pour ensuite les diffuser à d’autres AP qui cherchent à progresser. Contrairement au Patrimoine Mondial, la Liste Verte n’est pas un outil de mesure de l’importance et de l’irremplaçabilité de ses valeurs intrinsèques, mais bien un outil de mesure de la manière dont l’AP gère et gouverne ses valeurs en vue d’atteindre les objectifs de conservation qu’elle leur a assignés.


Quelle est la différence entre Liste Verte et Patrimoine Mondial ?

GL1Le Patrimoine Mondial reconnait l’importance de certaines valeurs intrinsèques au site lui-même. Bien que les sites du Patrimoine Mondial soient supposés être bien gérés, certains ne le sont pourtant pas, au point même d’avoir partiellement perdu la/les valeur(s) pour les lesquelles ils ont été initialement classés, du fait d’une gestion et/ou d’une gouvernance inefficace. Ces sites-là du Patrimoine Mondial ne pourraient donc pas être inscrits sur la Liste Verte.

La Liste Verte ne reconnait pas une AP pour des valeurs exceptionnelles qu’elle pourrait renfermer mais bien pour la qualité et l’efficacité de son système de gestion et de son système de gouvernance, qui sont les critères essentiels lui permettant d’atteindre ses objectifs de conservation. De nombreuses AP sont de ce fait éligibles pour être inscrites sur la Liste Verte alors qu’elles ne pourront jamais être des sites du Patrimoine Mondial car elles ne renferment pas de valeurs universelles exceptionnelles. En ce sens les labels « Liste Verte » et « Patrimoine Mondial » sont bien complémentaires. La Liste Verte est accessible à toutes les aires protégées, quelle que soit leur catégorie de gestion ou de gouvernance. Elle reconnait et célèbre toutes les AP qui atteignent leurs objectifs de conservation par une bonne gestion et une gouvernance équitable.

Où en est-on du processus de mise en place de la Liste Verte en Afrique ?

Neuf pays pilotes (la Corée, la France, l’Espagne, l’Italie, le Kenya, la Chine, l’Australie (NSW) et la Colombie) ont testé le processus durant la phase pilote de la Liste Verte qui a duré deux ans et qui s’est achevée le 14 novembre 2014. La phase pilote a permis de préparer les outils qui composent le processus de nomination de la Liste Verte, comme par exemple les standards de la LV en fonction desquels les performances de gestion et de gouvernance des AP sont mesurés. A l’issue de cette phase pilote, 24 AP ont été inscrites sur la LV, dont 2 au Kenya: Ol Pejeta Conservancy et Lewa Conservancy.

Nous sommes maintenant dans la phase de « développement » de la LV qui durera 2 ans. Elle permettra de consolider et approfondir les acquis de la phase pilote tout en incluant de nouveaux pays et de nouvelles AP au processus de la LV. L’objectif est d’arriver à un processus parfaitement défini, testé sur le terrain et durable.

GL2

Outils et méthodologies utilisés au cours du processus de nomination de la Liste Verte

Les standards de la Liste Verte déterminent les seuils de bonnes pratiques de gestion et de gouvernance que les AP doivent atteindre.

La procédure d’assurance qualité détaille les règles de transparence, les rôles des acteurs impliqués dans le processus et les procédures de nomination des AP candidates.

Quatre types d’acteurs interviennent au cours de l’analyse des demandes d’inscription sur la LV :

  • Les « mentors» accompagnent les AP candidates dans leur processus de préparation de leur demande de nomination avant de les transmettre au Groupe de Reference (GR) de leur juridiction.
  • Ces « Groupes de Référence» sont des groupes d’experts locaux ayant une parfaite connaissance des enjeux de gestion et de gouvernance des pays d’origine et des AP candidates ; les GR ont pour rôle d’analyser de manière impartiale les candidatures d’AP et de les valider à leur niveau avant de les transmettre à un auditeur externe.
  • Les « auditeurs» externes sont des experts dans le domaine de la certification et des aires protégées, extérieurs à la juridiction du GR ; ils ont pour rôle de contrôler la transparence et l’impartialité des AP, mentors et GR et de vérifier la pertinence des dossiers de nomination avant de les transmettre au Comité UICNGL3 de la Liste Verte.
  • Enfin, le « Comité UICN de la Liste Verte» (CLV), basé au siège de l’UICN et réunissant des experts du monde entier, a pour rôle d’apporter la décision finale de nomination sur la Liste Verte ou, dans le cas contraire, de fournir des recommandations à l’AP pour lui permettre d’améliorer ses pratiques de gestion et de gouvernance en vue d’une future nouvelle demande d’inscription sur la LV. La décision finale du CLV se fait sur la base des recommandations de l’auditeur externe.